News

Il est temps pour les organisations de défense des droits humains d’exploiter le pouvoir des dons locaux – et pour les bailleurs de fonds de les aider à le faire

28 May 2021

Languages available:   English Français

 

Ce blog a été initialement publié sur le site du European Foundation Centre

 

Les dons individuels ont du pouvoir. Songez à l’afflux massif de dons à des organisations telles que la Ligue des Droits de l’Homme Américaine, suivant le décret de Donald Trump, interdisant l’entrée sur le territoire Américain des ressortissants de sept pays à majorité musulmane en janvier 2017. Des millions de dollars ont été récoltés grâce aux dons de centaines de milliers de personnes dans les heures qui ont suivi l’interdiction, mobilisant un grand groupe, peut-être normalement invisible, et utilisant l’acte de donner en signe de protestation et de solidarité…

Cet exemple de  » donner en signe de protestation  » est un peu comme une lueur d’espoir dans une période d’inquiétude grandissante pour la société civile dans le monde entier. De plus en plus, les gouvernements cherchent à diaboliser les ONG et leurs bailleurs de fonds internationaux. L’augmentation des exigences légales et administratives, les contraintes de financement externe et la diabolisation totale – voire la criminalisation – des organisations de la société civile comme « agents étrangers » sont toutes de plus en plus courantes. La montée du populisme et de la politique populiste, qui s’articule autour de promesses de « ramener la démocratie » à des personnes qui se sentent ignorées et marginalisées, s’accompagne souvent d’une rhétorique croissante contre les minorités et les droits humains.

Parallèlement, à mesure que de plus en plus de pays passent du statut de pays à faible revenu à celui de pays à revenu intermédiaire, la philanthropie locale commence à apparaître dans de nombreuses régions du monde qui étaient auparavant elles-mêmes des bénéficiaires de l’aide des bailleurs de fonds etrangers. Cela s’est traduit par la création de nouvelles fondations privées par des élites ultra riches, dont beaucoup ont bénéficié d’un système économique mondial de plus en plus inégal.

Mais d’autres types de dons, plus participatifs ou démocratiques, commencent également à émerger, à la fois parmi les classes moyennes grandissantes qui disposent d’un revenu disponible et parmi les communautés plus pauvres, où les systèmes de dons et de solidarité existent depuis longtemps mais où une nouvelle appréciation de la manière dont ces actifs peuvent être mobilisés et appliqués dans le cadre d’une approche au développement fondée sur les droits, commence à se développer.

Bien que tous ces nouveaux types de dons ne soient pas nécessairement socialement progressifs dans leur motivation ou durables dans leur application, il y a un élément important du discours émergent sur la philanthropie participative ou communautaire qui est défendu et innové par les activistes de la société civile qui estiment qu’il est temps que les populations locales aient davantage une voix et qu’elles aient leur mot à dire concernant leur développement. Dans ce cadre, les notions de ressources « horizontales » (plus petites, pair à pair) et « verticales » (plus grandes et/ou externes) gagnent du terrain, dans l’esprit que la mobilisation et le mélange des deux types – et l’interaction entre elles – peuvent renforcer les regroupements pour des questions ou causes spécifiques, aplatir la dynamique du pouvoir et aider les organisations de la société civile à se fondre dans leur contexte local par une appropriation locale accrue.

En cette période de mutation, de nombreuses organisations de la société civile travaillant sur les droits et la justice – souvent financées par des donateurs internationaux et pour lesquelles la philanthropie locale peut avoir toujours été considérée comme une source de soutien compliquée et improbable – se retrouvent confrontées à une tempête parfaite. Le financement – ou l’accès au financement – s’assèche et ils sont de plus en plus considérés comme étrangers aux seins leurs propres communautés. Alors que les ressources locales deviennent plus pertinentes et plus disponibles que jamais, les questions relatives aux droits humains et à la justice sociale risquent d’être davantage marginalisées dans les discours nationaux. Pour les organisations de défense des droits humains elles-mêmes, des doutes subsistent quant à la recherche de ressources locales, une combinaison de méfiance à l’égard du nouvel établissement philanthropique (et de l’axe de la richesse et du pouvoir qu’il représente) et de préoccupations quant au compromis des valeurs fondamentales. En d’autres mots, ils craignent de devenir des « vendus » (ou du moins d’être perçus comme tels).

Les bailleurs de fonds ont à la fois un besoin urgent et une occasion croissante de renforcer la résilience de leurs partenaires, y compris ceux qui travaillent sur les droits humains. L’accent accru mis sur la constitution de groupes locaux (y compris la création d’une base de financement locale) en est une partie. En retour, cela peut également aider ces organisations à se positionner de manière plus stratégique au sein d’écosystèmes locaux plus vastes de la société civile, d’une manière qui à la fois soutient leur objectif mais qui est aussi pertinente pour un public plus large. Bien sûr, il faut du temps pour passer des ressources externes aux ressources locales. Bien que les stratégies, les outils et les tactiques s’apprennent, il y a souvent des questions fondamentales – voire existentielles – que les organisations individuelles doivent explorer et des mentalités qui doivent changer. Cependant, les retours potentiels sont énormes si la confiance du public peut être créée et des mécanismes mis en place pour que les gens puissent donner.

Généralement, la tâche de collecte de fonds est le travail d’un rédacteur de demande de subvention ou d’un département, tandis que le personnel du programme s’occupe du « travail » de l’organisation. Ce partage entre « money in » (collecte de fonds) et « money out » (programmes) crée l’idée que si l’argent peut être collecté, le travail peut être fait. De toute évidence, dans le domaine des droits de l’homme, cela va bien au-delàs. Souvent le problème clé est que, jusqu’à ce qu’il leur arrive quelque chose qui change directement leur façon de penser, les gens « ordinaires » ne considèrent pas les droits de l’homme comme « leur problème », ou bien ils ne considèrent pas leurs frustrations face à la bureaucratie, la corruption, le manque de confiance du public, la faiblesse des institutions etc. comme des points où, plus loin, leurs droits sont lésés. Construire des groupes d’intérêt ou une base de soutien pour le travail en faveur des droits, toucher les coeurs et les esprits, débloquer et exploiter différents types d’actifs (qui peuvent en effet inclure l’argent) sont autant d’idées centrales qui doivent être intégrées dans toute une organisation (direction et conseil d’administration) comme partie centrale de ce travail.

Un travail énorme certes, mais c’est essentiel. L’alternative, qui consiste à suggérer que le travail en faveur des droits de l’homme sera toujours financé de l’extérieur, que les populations locales n’adopteront jamais les valeurs de justice et d’équité, n’est certainement pas une option.

 

Par: Jenny Hodgson, GFCF Executive Director

Leave a comment

avatar