Blog

Voies d’accès pour une mise en œuvre efficace du programme de localisation

13 Jul 2021

Languages available:   English Français

Cet article fait partie d’une série qui examine comment le programme de localisation est positionné de manière asymétrique au détriment des acteurs du Sud. Lisez la première partie – Le programme de localisation : Quel est son degré de réussite ? – ici.

 

By: Jimm Chick Fomunjong, Head of Knowledge Management, West Africa Civil Society Institute (WACSI)

Les engagements pris dans le cadre de l’accord Grand Bargain n’ont pas atteint leur cible.  Selon le rapport 2018 de l’ALNAP , un réseau mondial d’organisations humanitaires qui se consacre à l’apprentissage de la manière d’améliorer les réponses aux crises humanitaires, la part attendue de 25 % du financement humanitaire mondial devant atteindre le Sud mondial d’ici 2020 n’a pas été atteinte.

En réalité, seul un maigre 3,1% de l’aide humanitaire totale est allé directement aux acteurs locaux étatiques et non étatiques. Selon un rapport du Financial Tracking Service en 2018, les ONG locales du Sud du monde n’en ont reçu qu’environ 0,4 %, soit le même pourcentage qu’en 2017 et 2016.

Face à des résultats aussi décevants, Degan Ali, directrice d’Adeso, une organisation basée en Somalie, qualifie la localisation de rhétorique. Selon elle la localisation, c’est : « beaucoup de belles paroles d’aspiration, mais aucune action réelle et aucun changement de système substantiel. »

 Il nous faut donc trouver des moyens de garantir un « changement substantiel des systèmes », qui permettra d’atteindre les objectifs sous-jacents du programme de localisation.

Mark Lowcock, secrétaire général adjoint des Nations unies aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d’urgence, explique que le moment est venu de trouver les bonnes incitations pour guérir le système humanitaire. Selon lui, la façon dont les fonds circulent dans le système est l’une des principales sources d’échec du système – et ce, sous la direction des bailleurs de fonds.

Il est impératif de remédier à cette situation et Chernoh Bah, cofondateur et directeur général de Purposeful, une organisation féministe basée en Sierra Leone, propose une solution : « Ce qui doit se produire, c’est une organisation systématique, organiser, contester et exiger le type de réformes systémiques dont nous parlons. »

Bah a fait cette remarque lors d’un séminaire en ligne organisé par l’Institut de la societe civile de l’Afrique de l’Ouest (WACSI), la Fondation STAR Ghana et le GFCF, avec le soutien du NEAR Network et de Save the Children Danemark, qui visait à interroger cette structure intermédiaire au sein du système de financement de la philanthropie/des bailleurs de fonds et à identifier comment elle modifie l’initiative du programme de localisation.

Ces derniers temps, le programme de localisation a fait l’objet de vives critiques. Il est considéré comme un instrument qui ne provient pas entièrement des acteurs du Sud global et ne reflète pas leurs aspirations.

« La localisation n’est pas non plus quelque chose qui vient des communautés partenaires. Elle est venue des institutions du Nord. Donc, à cet égard, comme elle ne reflète pas vraiment les capacités des partenaires, le terme lui-même est nul et non avenu. Il s’agit également d’un ‘programme’ que nous sommes contraints de promouvoir dans le Sud, alors que beaucoup d’entre nous souhaitent simplement poursuivre leur travail et être reconnus pour les changements qu’ils apportent dans leurs propres communautés », explique Themrise Khan, chercheur et professionnel indépendant du développement au Pakistan, qui travaille depuis des décennies avec des organisations locales dans le Sud.

Susan Njambi, une spécialiste du développement social qui travaille en étroite collaboration avec des organisations et des communautés locales en Afrique de l’Est, remet également en question l’intention du programme de localisation : « Nous devons aller de l’avant et interroger l’architecture de ce programme de localisation ; apprécie-t-il les modèles de développement indigènes qui ont donné du pouvoir aux acteurs locaux ? Y a-t-il un investissement, un engagement lourd, pour aller à contre-courant de la popularité et promouvoir des solutions locales à petite échelle ?”

C’est pourquoi Stigmata Tenga, de Africa Philanthropy Network s’interroge à juste titre : « Où est [la] place d’un membre de la communauté dans ce programme de [localisation] ?  De qui s’agit-il ?”

Il est essentiel de veiller à ce que la localisation soit bien cadrée et conçue pour répondre aux aspirations des acteurs du développement dans le Sud. Plus important encore, le programme de localisation doit servir de catalyseur pour intensifier les efforts de développement qui placent les communautés locales au cœur des actions de développement.

Pour que la localisation réussisse, les acteurs locaux doivent jouer un rôle central dans les processus d’identification des besoins, dans les efforts d’intervention, dans le suivi et le compte-rendu des résultats, et avoir une voix clé dans la détermination des ressources dont ils ont besoin et dans le compte-rendu des ressources distribuées sur la base de mécanismes de compte-rendu réalisables déterminés par eux.

Lowcock considère que c’est la bonne chose à faire. Pour lui, les bailleurs de fonds, les agences des Nations unies et les ONGI doivent être strictement guidés par deux questions directrices : « Qu’est-ce que les gens disent vouloir et comment pouvons-nous le leur donner ? »

Le fait de répondre objectivement à ces questions dans tous les efforts humanitaires et d’adhérer strictement aux réponses qui en découlent pourrait contribuer à définir la voie à suivre pour la réalisation du programme de localisation.

« C’est moralement la bonne chose à faire, car cela donnera aux gens une plus grande dignité et un meilleur contrôle sur leur vie. C’est la chose rationnelle à faire si nous voulons être efficaces et rentables… Écouter les personnes touchées et leur donner ce qu’elles disent vouloir, c’est ce qui rendra le système humanitaire plus humain et plus digne, et permettra de mieux utiliser les ressources limitées. Cela doit devenir le mode de fonctionnement des agences humanitaires », déclare M. Lowcock.

De même, les participants au séminaire en ligne organisé par WACSI et ses partenaires sont d’avis que la correction des lacunes identifiées dans le programme de localisation ne doit pas être la seule responsabilité des acteurs internationaux. Les acteurs locaux doivent prendre la responsabilité de s’assurer qu’un tel système place leurs intérêts au premier plan.

Une façon d’y parvenir est de faire en sorte que les ressources locales (comme celles mobilisées au Ghana en 2015 pour répondre à la double catastrophe qui a frappé le pays) soient galvanisées pour répondre aux défis existants dans le sud global.

Selon Alix Mason, responsable du plaidoyer au sein de NEAR Network, le programme de localisation « n’est pas seulement et ne peut pas être uniquement axé sur le changement d’un système international mis en place par d’autres ‘pour’ le sud global, mais il s’appuie également sur la philanthropie locale et sur la manière dont elles [les ONGI] peuvent soutenir la solidarité/l’aide/le développement/les besoins humanitaires à partir de ressources provenant de l’intérieur des pays. »

S’il est important de revoir les fondations sur lesquelles repose le programme de localisation et de repenser les pratiques transactionnelles qui alimentent l’opérationnalisation de l’agenda, il incombe à toutes les parties prenantes de redéfinir les voies à suivre pour s’assurer que les 25 % de l’aide destinés au Sud entrent effectivement dans les mains des bénéficiaires finaux prévus.

Cependant, pour que cela se produise, Janet Mawiyoo, directrice exécutive de Kenya Community Development Foundation insiste sur le fait que c’est aux acteurs du Sud qu’il incombe de faire bouger les choses : « Soyons proactifs dans la modification, la définition et la mise en forme de ce programme. Mobilisons diverses ressources locales. Explorons les possibilités de financement alternatif de notre travail, depuis le niveau communautaire jusqu’à notre classe moyenne, en passant par les investissements, etc. Lorsque nous disposons d’un financement externe, c’est le moment de ne pas être à l’aise, afin de changer également l’architecture de l’aide. »

 

Par: Jimm Chick Fomunjong, Head of Knowledge Management, West Africa Civil Society Institute (WACSI)

Leave a comment

avatar